• arbres.jpg
  • bourg-1.jpg
  • marais1.jpg
  • marais2.jpg
  • pique-nique-1.jpg
  • poterie.jpg
  • poterie1.jpg
  • poterie2.jpg
  • rando1.jpg
  • vilaine1.jpg
  • vilaine2.jpg

Du XVè au XIXè siècle :

Jusqu’au XIème siècle, le territoire de l’actuelle commune fait partie de l’ancienne paroisse d’Allaire. En bordure du marais, s’élève une chapelle dédiée à St Jean Baptiste, qui deviendra église paroissiale de Rieux en 1826 avant de perdre son titre au profit de St Melaine, nouvelle paroisse détachée d’Allaire. La décadence de l’édifice s’accentuera avec la construction de la nouvelle église paroissiale Saint Jean-Baptiste. Au village de La Poterie une chapelle dédiée à St Jacques était réservée aux potiers.

Saint-Jean-la-Poterie devient commune le 20 juillet 1850. La situation immobilière du culte comprenait : l’Eglise de St Jean des Marais, la Chapelle St Jacques mais aussi le presbytère et la Chapelle de la Clôture ( encore non terminée).

Le 22 août 1851 le Conseil Municipal pense à la transformation de la Chapelle St Jacques, celle-ci ne sera jamais ni agrandie, ni restaurée mais désaffectée en 1848, elle sera détruite en 1914 et ses pierres serviront à combler la Mare.

En 1852, le Conseil reçoit la donation de Demoiselle Macé d’un terrain pour y construire une église au lieu dit «  les Combres ». En 1864, près de 160 hommes travaillent sur le chantier et les carrières environnantes et assemblent les pierres de granit extraites des carrières de la Vallée et du Vaubernard. L’église sera livrée au culte fin 1865. Sa flèche culmine à 37 mètres, un escalier de 50 marches permet d’avoir une belle vue paysagère des environs.

L’église de St Jean des Marais sera progressivement désaffectée à partir de 1905, et détruite en grande partie en 1968. Subsistent aujourd’hui les vestiges de cette dépendance de l’Ordre du Temple (à voir :  une trace de croix templière en peinture murale). Dans le cadre d'un programme Laeder, les ruines furent sauvegardées par la municipalité en 1995.

Saint-Jean-la-Poterie porte en son nom son histoire, la mémoire des lieux.

En effet, dès l’occupation romaine de Rieux-Duretie, nous trouvons trace d’une activité potière.

Les potiers ou plutôt les potières, car les hommes ne tournaient pas, ils extrayaient la terre, s’occupaient des fours, ramassaient la pille de pin, assuraient la commercialisation et les travaux annexes, se sont regroupés en corporation « ceux qui faisaient œuvre de pots »

En 1857 , M. Rozensweig, archiviste du département, déclare dans un bref article: « Leurs usages particuliers, leurs mœurs qui diffèrent encore aujourd'hui des autres habitants, l'espèce d'isolement dans lequel ils vivent entre eux sans contracter d'alliances en dehors, la grâce et la légèreté de leurs poteries cuites en plein vent sur un feu de bruyères, rendent assez précieux les titres fort rares qui les concernent.».

Révélé dans un aveu de 1420, les savoir-faire se sont transmis jusqu'à la fin du siècle dernier.

« Depé des temps immémoriaux,

Aux pays an faisait des pots.

Des ribott’s, des cass’s, des padelles,

Des pots à soupe et des écuelles,

Des poëllettes, des pots à lait,

Des pots à fleurs et des beurrets.

Car partout y’avait des lizières

Pour fourni d’la lize, d’la bonn’ terre.

Dans un autre « aveu » de 1681, le Comte de Rieux nous donne des détails sur les servitudes en usage : …. Au dit seigneur appartient la chapellenye de St Jacques, desservie au dit lieu de la Potterye … et ne peult aucun pottier se faire recevoir que par l’agrément du dit seigneur

se_module_calendrier_101 - style=default - background=
<<   201608<20177 août 2017 >20179   >>201808
lu ma me je ve sa di
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
101201708
picto-planGalerie Photospicto-liensMentions légalesContactez-nous
servicepublic